• Pourquoi marchent-ils ?

    Souvent nuitamment, l'envie me vient de regarder ces séries que l'on dit télévisées.

    Fasciné par les scénarii souvent apauvris, résidus d'imagination creuses comblés à renfort de mélopées d'ascenseur et d'images tellement léchées que la pamoison est forcément au rendez-vous, il n'en demeure pas moins qu'une question me taraude : pourquoi marchent-ils ?

    L'esprit taquin dirait "pour avancer", ou, plus analytiquement, pour signifier un chemin scénaristique qui est en train d'être parcouru. Oui, certes, répondrais-je car je réponds souvent "oui, certes" (surtout l'hiver en fait). Mais c'est en fait parce que la question est incomplète. Les gens se parlent tandis qu'ils marchent. Ils se révèlent des infos hyper importante pendant qu'ils marchent, avec des indices, des corrélations, des trucs de ouf... Et tout ça au pas de course, passque ce sont des séries matinées d'action, donc faut pas qu'ça traîne mon bon monsieur, on n'est pas chez Derrick.

    Alors, oui, je sais, ces séries ne sont pas forcément super super réaliste (sauf bien sûr Alerte à Malibu, les Têtes brûlées et Magnum et Dexter qui sont des suites de documentaires, mais ça c'est différent), donc puisque le réalisme n'est pas une obligation, il faut laisser divaguer les esprits afin de satisfaire les impératifs, réels sonnants et trébuchants d'une production aux abois dans l'attente impatiente de paire d'yeux focalisées sur les images syncopées d'une publicité à venir. Mais, tout de même, néanmoins et par ailleurs, d'où les scénaristes tiennent-ils qu'il faut absolument se parler dans un couloir en avançant ?

    Alors, il y a plusieurs possibilités et il est fort probable qu'une seule ne suffira point.

    Tout d'abord, il est fort probable que le lobby des constructeurs de couloir aient une réelle influence et qu'il soit de surcroît de mèche avec les constructeurs de rue pour essayer, par une habile manoeuvre, leurs nouveaux modèles. Un truc du genre "oh, Chérie, je referai bien mon couloir comme celui du bureau du procureur dans Shark. Tu es d'accord ? Oh oui appelle donc les constructeurs de couloir qu'ils nous fassent un devis vite, vite, vite comme ça nous aurons un couloir dans lequel nous discuterons en marchant".

    Ensuite, il est tout aussi probable que les scénaristes ayant assez peu de vie sociale pensent que les gens se parlent dans des endroits qu'ils ne fréquentent pas forcément, parce que de toute façon personne ne leur parle dans les lieux qu'ils fréquentent. Et les producteurs valident parce que globalement eux ne parlent que dans des limousines blanches.

    Enfin, et je pense que c'est la plus forte probabilité, les studios étant de plus en plus chers et l'emplacement de plus en plus cher, ils cherchent à faire des trounages dans des lieux de plus en plus exigus tout en faisant des travelling à la con, du coup, le couloir est tout indiqué surtout lorsqu'il pleut.

    Voilà. Pour les mots clefs jepense que je vais ajouter : bonjour, bonne journée, lol, ptdr, mdr, tptdr, flereifdheo, et gaixa parce que ça sonne bien.


  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Décembre 2008 à 18:06
    pour avancer
    hein, sol?
    2
    Lundi 8 Décembre 2008 à 16:57
    Didu
    tu as un esprit taquin.
    3
    Jane...
    Lundi 8 Décembre 2008 à 17:00
    didu
    arrête de le chatouiller après il vient se venger chez mué
    4
    Lundi 8 Décembre 2008 à 17:20
    Oh bah non
    le Luxo c'est ach'ment trop loin
    5
    Jane...
    Lundi 8 Décembre 2008 à 17:22
    nan sur mon gloub
    l'endroit où chorlingols ne va never
    6
    Lundi 8 Décembre 2008 à 17:54
    Même pô vrai
    d'abord.
    7
    Lundi 8 Décembre 2008 à 19:36
    Et pis d'abord si je viens
    jamais chez tué, comment que je fais pour m'y venger ? Hein ? Hein ?
    8
    Lundi 15 Décembre 2008 à 18:58
    Derrick
    reviens, je disais pas ça pour toi...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :