• Rogntudju

    L'on peut ainsi s'exclamer lorsque, énervé, le vocable prend le pas sur la patience.

    Oui mais pas lorsque l'on est président et qu'un administré refuse de vous serrer la main. La réponse à un "touche moi pas" suite à une main tendue, lorsque l'on est Président de la République et que l'on rétablit les cours d'instruction civique et morale ne peut être "casse toi pauvre con".

    Pourquoi ?

    Parce que dans un pays démocratique comme la France, nul n'est obligé de serrer la main du président dans le cadre de ses activités personnelles (il n'en va pas demême pour des activités professionnelles dans lesquelles le-dit président constitue un supérieur hiérarchique, auquel cas le protocole s'impose), la badaud baguenaude et serre la main de qui il le souhaite.

    Ensuite, un président doit savoir démontrer qu'il est patient et/ou qu'il est ferme, et non pa quelqu'un susceptible d'insulter l'un de ses concitoyens. Et ce, quand bien même le concitoyen en question aurait été impoli. A moins qu'il ne s'agisse d'une réflexion tirée de la Bible, considérant qu'il faut un oeil pour un oeil, une dent pour une dent, il n'y a pas de réciprocité dans le rapport entre un Président et un concitoyen, tout simplement parce qu'un Président n'est plus un homme ou une femme, il est un corps symbolique, l'incarnation d'une fonction, et cette fonction ne va tenter de se bastonner avec un marin pêcheur ou traiter de pauvre con un péquin qui ne vous aime pas, au contraire, il s'agit pour l'homme ou la femme qui incarne la fonction de prendre de la hauteur, de s'élever, et non de s'abaisser...

    Bref, il s'agit bien d'une rupture.

    Tout d'abord d'une rupture médiatique. Il ne se savait manifestement pas enregistré et diffusable (ce qui indique à quel point il a conscience des nouveaux médias ...). Il ne comprend que les médias institutionnels dans lesquelles le-dit président constitue un supérieur hiérarchique, auquel cas le protocole s'impose), la badaud baguenaude et serre la main de qui il le souhaite.

    Ensuite, un président doit savoir démontrer qu'il est patient et/ou qu'il est ferme, et non pa quelqu'un susceptible d'insulter l'un de ses concitoyens. Et ce, quand bien même le concitoyen en question aurait été impoli. A moins qu'il ne s'agisse d'une réflexion tirée de la Bible, considérant qu'il faut un oeil pour un oeil, une dent pour une dent, il n'y a pas de réciprocité dans le rapport entre un Président et un concitoyen, tout simplement parce qu'un Président n'est plus un homme ou une femme, il est un corps symbolique, l'incarnation d'une fonction, et cette fonction ne va tenter de se bastonner avec un marin pêcheur ou traiter de pauvre con un péquin qui ne vous aime pas, au contraire, il s'agit pour l'homme ou la femme qui incarne la fonction de prendre de la hauteur, de s'élever, et non de s'abaisser...

    Bref, il s'agit bien d'une rupture.

    Tout d'abord d'une rupture médiatique. Il ne se savait manifestement pas enregistré et diffusable (ce qui indique à quel point il a conscience des nouv


  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Février 2008 à 15:38
    Fo qu'j'écrive
    des trucs plus polémiques. Sur les monières de couper du bois.
    2
    Lundi 25 Février 2008 à 15:39
    ou sur les Olsen
    doit bien y avoir un comité de défense de Nelly Olsen.
    3
    Lundi 25 Février 2008 à 19:55
    Que celui
    qui n'a jamais péché lui jette la première pierre. (roh, non, ça va tenter les lyncheurs):)
    4
    Mardi 26 Février 2008 à 07:11
    moi je veux bien d'un caillou
    parce qu'il ne s'agit pas d'un péché : na. (Et si c'était un péché et donc une transgression volontaire, alors là je cours à la carrière). Je dirais même plus Chorles, le péquin n'était pas un badaud mais un client. Et le salon se doit de protéger sa clientèle contre les opportuns, j'attends donc que le salon dise son mot à dire. Et là j'enfile ma canadienne, j'ai examen de chef bûcheron.
    5
    Mardi 26 Février 2008 à 08:53
    Mais euh
    Ca m'aurait étonnée que tu ne me cherches pas la p'tite bête, Max... Je faisais un commentaire sur deux posts, là. ;) (juste pour préciser que je ne faisais pas dans le prosélytisme mais dans la tentative d'humour ;p)
    6
    Mardi 26 Février 2008 à 12:05
    Bon Exom Mox
    fais goffe, sont piègeux, l'érable fo l'couper d'biais, sinon t'prends tout'l'sirop o trovers lo foce.
    7
    Mardi 26 Février 2008 à 12:08
    Moi, j'aime bien
    l'humour, je trouve ça drôle... Et pour répondre, la question n'est pas de savoir si quelqu'un l'a fait avant lui (ce qui est fort probable en soi), mais le fait d'un président en fonction soit pris en flagrant délit d'insulte à un citoyen en plaidant de surcroît l'excuse de se mettre à son niveau et non de le hisser au sien. C'est une bien piètre conception de son rôle à l'égal, d'ailleurs, de ses convictions. Cela me conforte dans le fait de ne pas les partager.
    8
    Mardi 26 Février 2008 à 12:22
    Ah mais je suis d'accord
    avec ça. C'est assez pitoyable. Cela dit, je trouve ça lassant qu'on n'en fasse tout un foin. Comme de tout le reste...Ses insultes, ses bisous-bisous dans le dos de mickey, sa love story... Autant de polémiques qui ne devraient même pas être. La presse me navre, le président me navre... M'en vais pleurer derrière l'étable... Y'a peut-être un vieux voici qui traîne, avec du bon vieux bling bling à la JLo, celui dont on ne peut que rire...
    9
    Mardi 26 Février 2008 à 13:13
    Je serais d'accord
    si les attaques n'étaient que personnelles (du genre comment tel type avec tel physique peut-il prétendre faire ceci ou cela, ou franchement se remarier avec un mannequin chanteuse croqueuse d'hommes, non mais j'te jure, où va la France, le monde, la Picardie et Facture Biganos ?), mais dans ce cas, l'attaque est institutionnelle. Je pourrais aussi revenir sur la sollicitation du 1er président de cour de cassation et l'invalidation, in vivo, de l'article 62 de la Constitution, mais comme il se trouve que la réponse a déjà été donnée par le-dit 1er président, il s'agit maintenant d'un non-sujet couronné d'un échec patent. Donc l'insulte en elle-même m'intéresse parce qu'elle est symptomatique non seulement d'un comportement, mais aussi d'une conception et le taire (par lassitude, ce qui est bien naturel) serait soit un aveu d'impuissance, soit un blanc-seing, alternatives à refuser selon moi. Bon, maint'nant qu'les foyots sont cuits, j'vas m'restaurer.
    10
    Mardi 26 Février 2008 à 13:53
    Et par ailleurs
    j'ai abordé dans le post précédent d'autres aspects notamment celui de la laïcité.
    11
    Mardi 26 Février 2008 à 14:17
    Bien sûr
    Mon commentaire précédent ne concernait pas ton post. Puisqu'effectivement tu abordes le problème de fond. Mais ce que je trouve autrement problèmatique, c'est que certains n'y voient qu'une raison de plus dire "'tain, il est nul", et basta, en mélangeant cet événement avec tous ceux qui relèvent d'une stratégie de communication. Comment dire. C'est juste montrer pour tout montrer. Pour faire râler. Mais sans creuser (comme toi tu l'as fait, je le répète). Du coup, un "casse-toi pauvre con", un bisou à Disneyland, une remise en question de la laïcité de l'Etat, tout ça est présenté comme si ça avait la même ampleur, les mêmes conséquences. Alors qu'évidemment que non (mon tout premier com était évidemment très ironique quant à cette dernière question). En gros je ne dis pas taire, mais pas étaler non plus; mais hiérarchiser l'importance de ce qui est dit, et en développer l'impact, au lieu de se limiter à une succession d'épisodes quotidiens dont le suivant fait oublier le précédent, parfois pour le meilleur, mais surtout pour le pire. (Suis pas claire, mais j'espère que le fond de ma pensée s'entend...)
    12
    Mardi 26 Février 2008 à 14:55
    Oui
    j'entends super bien le fond de ta pensée. En fait tu es assez explicite. Du coup, nous sommes d'accord, et il n'y a plus de bat. C'est dommage.
    13
    Mardi 26 Février 2008 à 16:42
    Fichtre
    oui, décidément, pas de bol pour la polémique... :)
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    14
    Mardi 26 Février 2008 à 17:22
    C'est franchement embêtant
    cela va m'obliger à écrire quelque chose sur quelque chose. Je pensais à un post sur Jacob Jordaens et sa peinture des femmes qui, bien que très ancré dans l'école flamande, diffère considérablement de la vision idéalisée de Rubens. Mais est-ce qu'il y a là matière à débat ?
    15
    Mardi 26 Février 2008 à 19:56
    Oui, oui
    il y a matière à débat. Quoique je connaisse peu Jacob Jordaens et que j'ai toujours détesté Rubens. Des femmes trop roses, trop potelées, trop floutées et surtout, trop entourées de chérubins aussi roses, potelés et floutés qu'elles... Alors évidemment, ça fait très vision idéalisée de la femme, à la Platon. Le débat se fera donc sans moi. Mais, chiche, tu l'écriras ce post?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :