• Schizophrénie bûcheronne

    Comprendrais tu qu'à l'avenir, de guerre lasse, hélas,

    l'on s'amasse, l'on se tasse, qu'on s'efface en brasses

    Coulées d'avance. Et qu'en recul, de distances étendues à leur max,

    Nous disjonctions ultimement,

    Dans un ultime moment.

    Pour mourir tranquille au fil...

    tendu, au fond d'impasses

    Rétrécies, rabougries, sans envies.

    Qu'à la fin, la seule menace en face à face soit une farce

    De potache.

     

    Vas, je te hais sereinement

    comme le reflet

    de sentiments

    inassouvis et laids.


  • Commentaires

    1
    Jone...
    Vendredi 23 Mai 2008 à 20:33
    et
    on gagne quoi?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :